Jeudi 24 octobre : RISKcom – Communiquer sur les risques majeurs en temps de crise

9h30 – 12h30 : Institut de la communication et des médias.

La gestion par les autorités publiques de la crise déclenchée par l’incendie de l’usine Lubrizol a suscité et suscite encore de vives réactions auprès des publics. Tandis qu’habitants, associations et élus dénoncent le manque de transparence de l’État dans sa communication autour de l’accident, les représentants de l’État s’en prennent eux aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux, accusées de nourrir l’inquiétude de la population. Aux interrogations des premiers sur de possibles effets sanitaires associés aux substances émises par l’usine en feu, les seconds répondent par un discours qui se veut rassurant, appuyé sur des mesures et des discours d’experts.

A l’ère du soupçon et face à l’impératif de devoir communiquer, comment trouver le bon équilibre entre, d’un côté, le besoin de ne pas céder à la panique, au risque de ne pas apparaître comment suffisamment transparent et de l’autre l’obligation d’accélérer la diffusion d’analyses, pour permettre d’évaluer avec précision le danger potentiel de la situation ?