Lundi 22 octobre : JarRISK – Explorer la matérialisation des risques sur un territoire

8h30 – 17h : Jarrie – Agglomération grenobloise

En 1916, une industrie chimique s’implanta en plein cœur d’un territoire rural et peu peuplé pour les besoins de la Grande Guerre. Aujourd’hui, la petite industrie est devenue une plateforme classée Seveso seuil haut. Jarrie compte désormais près de 4 000 habitants exposés chaque jour aux risques chimiques.

Le tour de JarRisk

De réussites sociales et techniques aux controverses écologiques, en passant par les accidents et les mutations urbaines, les étudiants découvriront des histoires de cette commune 100% chimie, lors d’une promenade matinale commentée à la découverte des différents lieux de ce territoire singulier. Cette visite sera animée par Céline Viola, doctorante en communication scientifique.

Communiquer les risques aux publics

Elaborer et faire vivre son DICRIM : ce premier atelier, animé par Karine Braconnier – responsable communication de la ville de Jarrie, permettra aux étudiants de découvrir les obligations des communes en termes d’informations des populations sur les risques majeurs et d’en saisir les enjeux. Puis, les étudiants joueront le rôle d’un chargé de communication à qui le maire vient de demander un plan de communication pour dynamiser le DICRIM de la ville.

Les risques technologiques au musée : quelle place dans l’exposition ? : ce second atelier traitera de l’intégration des risques technologiques dans la scénographie des musées CST, avec l’exemple du Musée de la Chimie de Jarrie. Les étudiants concevront ensuite leur propre exposition muséale sur ce thème.